Recherche  
Testez notre abonnement
Modifiez votre compte
  Politique
  Population
  Développement durable
  Environnement
  Minorités
 
  Monde/ONU
  Afrique
  Amérique latine
         et Caraïbes
  Asie
  Moyen-Orient
  Amérique du Nord
  Belgique
 
  ANGLAIS
  ESPAGNOL
  SUEDOIS
  ITALIEN
  ALLEMAND
  SWAHILI
  NEERLANDAIS
  ARABE
  FINNOIS
  PORTUGAIS
  JAPONAIS
18:49 GMT
PrintDit artikel doormailen

MEDIAS-TAIWAN:
Des investisseurs chinois rachètent des médias taïwanais
Dennis Engbarth

TAIPEI, 03 décembre (IPS) - Des citoyens, journalistes et syndicats taïwanais ont décidé de tirer la sonnette d'alarme au sujet de la prise de contrôle du groupe de presse Next Media par des investisseurs chinois. Suite à ce rachat, ils craignent pour la liberté de la presse et aussi pour la survie du système politique démocratique dans ce pays.

Le 29 novembre dernier, le groupe Next Media, propriétaire notamment du populaire journal Apple Daily et de Next TV, a été racheté pour 600 millions de dollars (460 millions d'euros) par cinq investisseurs parmi lesquels on retrouve le très controversé président de Want China Times Tsai Chao-chung.

Depuis mi-octobre, l'annonce de la vente du groupe savait déjà été révélé mais les protestations n'ont commencé à surgir qu'à la découverte du nom de Tsai Chao-chung parmi les nouveaux propriétaires. Les opposants craignent que l'acquisition puisse mettre en péril du pluralisme des médias, la liberté de presse et la démocratie à Taiwan.

M. Tsai est un investisseur majeur de l'Asia Télévision, la télévision pro-chinoise à Hong Kong et, depuis juillet dernier, il est aussi le premier câblodistributeur à Taiwan. Avec sa nouvelle acquisition, il devient propriétaire d'environ 50 % du marché de la presse et 30 % des télévisions par câble à Taïwan.

Démocratie

Selon Karl-Hsu Wei-chun, Président de Taïwan Democracy Monitor, le rachat du groupe Next Media par cinq grands investisseurs qui ont des intérêts importants en République populaire de Chine aura de «graves effets structurels» sur la démocratie taiwanaise. « N'importe qui peut se rendre compte qu'il s'agit d'une manière pour la Chine d'acheter le contrôle sur Taiwan, tout comme elle l'a dans les années nonante avec Hong Kong », explique-t-il.

D'après Chen Shao-yi, du syndicat des journalistes de Taiwan ATJ, ce rachat risque d'avoir des conséquences importantes pour la profession. « Si ces magnats contrôlent plus de 50 % des médias à Taiwan, nous ne saurons plus jamais combien d'informations seront tout simplement perdues parce qu'ils ne pourront plus être publiées ».

Les informations concernant le rachat a même provoqué à Taiwan des émeutes entre étudiants et policiers. Les syndicats ont également manifesté le 27 novembre dernier devant les bâtiments de Next Media.

Le gouvernement taïwanais a jusqu'ici gardé le silence à ce sujet. Le premier ministre Sean Chen a déclaré le 28 novembre que son gouvernement respectera la décision de la commission indépendante des médias qui a autorisé ce rachat.

(FIN/IPS/2012)